Catégories d’actifs | Actions

Diviser les facteurs propres aux marchés émergents pour mieux les maîtriser?

le 8 décembre 2020 | Par: Regina Chi

Diviser les facteurs propres aux marchés émergents pour mieux les maîtriser?

Alors que la numérisation progresse et que les réformes se concrétisent, les rendements boursiers dans plusieurs pays des marchés émergents pourraient être stimulés, en 2021, par bien plus que la reprise post-pandémie.

Les rendements remarquables enregistrés par le marché boursier américain cette année (l’indice MSCI États-Unis a progressé de plus de 60 % entre le creux atteint à la fin de mars sous l’effet d’un mouvement de panique et la fin du mois de novembre, selon des données de Bloomberg) pourraient facilement éclipser le fait que ce rebond s’est produit à l’échelle mondiale. En effet, au cours de la même période, l’indice MSCI Marchés émergents a gagné lui aussi plus de 60 %, car plusieurs de ses économies, parmi lesquelles la Chine, la Corée du Sud et Taïwan, ont soit évité les effets les plus dévastateurs de la pandémie, soit les ont résolus avec rapidité et efficacité.

En 2021, les investisseurs devraient s’attendre à ce que la reprise qui fait suite à la pandémie se poursuive au sein des marchés émergents (ME). Même après s’être redressées en 2020, les actions des ME maintiennent une valeur en-deçà de celles des actions des marchés développés (MD). Le ratio cours-bénéfice prévisionnel de l’indice MSCI ME s’établit environ à 19, d’après des données de FactSet, contre 26,5 pour l’indice MSCI États-Unis, ce qui laisse donc une marge de manœuvre pour que la prime de croissance traditionnellement observée avec les États-Unis s’améliore à nouveau. De même, les mesures monétaires et budgétaires apportées en réponse à la pandémie au sein de nombreux ME ont dépassé les attentes, ce qui laisse à penser que le chemin vers la reprise devrait être relativement sans encombres, tout comme le développement d’un vaccin en vue d’une potentielle distribution au premier semestre de 2021 semble être en bonne voie.

Toutefois, les perspectives optimistes à l’égard des ME reposent sur bien plus que ces simples facteurs à court terme, car ceux-ci coïncident avec des tendances à plus long terme qui font évoluer le contexte sur les ME. Parmi ces tendances figure l’incidence croissante de la numérisation, qui a pour effet de transformer et d’accroître la clientèle, en plus de créer de nouvelles occasions dans les domaines des technologies et de la vente au détail. Le commerce électronique en Chine, en Corée du Sud, à Singapour et au Brésil, par exemple, connaît un essor depuis des années, mais les transactions sont montées en flèche pendant l’épidémie de COVID-19, ce qui devrait – selon nous – se poursuivre au-delà de la pandémie, quoiqu’à un rythme moins soutenu. Dans d’autres ME, surtout parmi les pays de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) (à l’exception de Singapour) et en Inde, la transition vers le commerce en ligne a été plus lente qu’ailleurs dans le monde, mais le coronavirus pourrait bien stimuler ce phénomène et signer l’avènement d’une véritable ère de numérisation.

La numérisation ne fait que commencer au sein des pays de l’ANASE

$altTag

Source : Credit Suisse, au 31 décembre 2019.

Parallèlement, une vague de réformes politiques devrait entraîner une embellie des perspectives économiques pour plusieurs des ME, et améliorer leur profil de risque aux yeux des investisseurs. Au Brésil, l’administration Bolsonaro est parvenue à négocier une réforme importante des retraites et des impôts; l’Indonésie a mis en place un ambitieux programme de réforme du travail et des investissements; l’Inde s’est lancée dans une réforme de la politique du travail et de l’agriculture, en plus d’avoir inauguré une initiative « Make in India 2.0 » qui devrait stimuler l’activité du pays. Enfin, la Chine a placé sa « stratégie à double circulation » au cœur de son plan quinquennal pour les années 2021 à 2025. Tout en maintenant l’ouverture de la Chine sur le monde, cette stratégie vise à renforcer le marché intérieur en favorisant la demande nationale au moyen de réformes et d’efforts d’autosuffisance. Elle pourrait ainsi aider à isoler l’économie chinoise en cas de chocs commerciaux, sans toutefois réduire entièrement leur portée. En effet, même si les tensions commerciales et géopolitiques entre la Chine et les États-Unis sont amenées à s’atténuer sous le mandat de Joe Biden, elles ne s’éteindront pas pour autant.

Dans les faits, l’économie mondiale a amorcé une phase de démondialisation il y a de cela plusieurs années, ce qui offrira également des occasions aux investisseurs axés sur les ME. À mesure que les grandes entreprises cherchent à réduire le risque lié aux tensions commerciales et à diversifier leurs chaînes d’approvisionnement, les économies asiatiques telles que le Vietnam, les Philippines, la Malaisie et l’Inde, de même que certains pays émergents d’Europe de l’Est, sont susceptibles d’en bénéficier.

Bien entendu, des risques subsistent. Les tensions commerciales pourraient s’accentuer. L’appréciation du dollar américain ou la hausse des taux d’intérêt (deux événements improbables, selon nous) pourraient miner les comptes courants vulnérables des ME. Les engagements politiques visant à soutenir la croissance pourraient vaciller. Voilà pourquoi il importe que les investisseurs se montrent particulièrement attentifs aux facteurs propres à chaque pays, qu’il s’agisse des facteurs à court terme ou de ceux plus durables qui soutiendront les marchés émergents en 2021 et au-delà.

Regina Chi

Regina Chi

CFA®
Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille, Placements AGF Inc.

Vice-présidente et gestionnaire de portefeuille

Regina Chi est la responsable des stratégies des marchés émergents d’AGF. Selon une philosophie d’investissement conforme à celle de l’équipe des actions mondiales AGF, elle recherche des sociétés de qualité qui revêtent des avantages concurrentiels viables à long terme doublés d’évaluations attrayantes.

Elle possède 23 années d’expérience en matière d’actions internationales. Auparavant, elle était partenaire dans une société d’investissement spécialisée aux États-Unis, où elle occupait le poste de gestionnaire de portefeuille dans les domaines des valeurs internationales et des marchés émergents.

Mme Chi est titulaire d’un baccalauréat en économie et en philosophie de l’Université Columbia, en plus d’être analyste financière agréée (CFA®).

Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux des auteurs et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales et de toutes ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 8 décembre 2020. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Nous invitons les investisseurs à consulter un professionnel des placements.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Investment LLC (« AGFUS ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA et AGFUS sont inscrites aux États-Unis à titre de conseillers. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières à travers le Canada. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

MC Le logo AGF est une marque de commerce de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

Notre site Web utilise des témoins (cookies) afin de pouvoir vous procurer la meilleure expérience qui soit. Veuillez accepter les témoins ou modifier vos paramètres.