Catégories d’actifs | Actifs réels

Des actifs au potentiel bien réel

le 8 décembre 2020 | Par: Steve Bonnyman

Des actifs au potentiel bien réel

Les services renouvelables aux collectivités, les immeubles de bureaux et les infrastructures liées aux déplacements figurent parmi les secteurs d’actifs réels qui sont bien positionnés pour bénéficier d’une reprise économique en 2021.

Qu’il s’agisse des produits de base, des infrastructures, de l’immobilier ou des services aux collectivités, le rendement des actifs réels en 2021 dépendra d’une reprise économique. Celle-ci sera liée à l’approbation d’un ou de plusieurs vaccins contre la COVID-19, de même qu’à d’autres facteurs connexes, comme une politique monétaire favorable et le maintien de taux d’intérêt réels négatifs. Mais comme toute catégorie hétérogène, l’univers des actifs réels présente des options qui ne bénéficieront pas toutes uniformément de cette issue probable (voire imminente).

Par exemple, les actions et autres « titres à caractère obligataire » dans les domaines des services aux collectivités réglementés et des infrastructures énergétiques s’établiront vraisemblablement à la traîne par rapport aux titres des autres secteurs, alors même qu’ils ont offert un refuge aux investisseurs pendant une grande majorité de la pandémie, au cours de l’année écoulée, en raison des flux de trésorerie prévisibles qu’ils ont procurés. Ce retard sera en grande partie attribuable au manque de momentum du côté des bénéfices prévus lors des premières phases du nouveau cycle économique, ce qui pourrait nuire – tout du moins prochainement – aux valeurs à long terme, qui restent attrayantes du fait de la faiblesse persistante des taux d’intérêt.

D’un autre côté, les services aux collectivités renouvelables et les opérateurs de réseaux devraient profiter d’une conjoncture macroéconomique plus solide et de niveaux de capitaux plus élevés. Quant aux actifs d’infrastructures liées aux déplacements, tels que les aéroports, les voies ferrées et les routes à péage, ils semblent en bonne posture pour regagner une partie de leur valeur, puisque l’on s’attend à une reprise des voyages et des déplacements professionnels.

Par ailleurs, les perspectives à l’égard des actifs immobiliers sont également étayées par la faiblesse continue des taux d’intérêt : c’est tout particulièrement le cas pour les secteurs des immeubles de bureaux, de l’immobilier et de la vente au détail, dont les titres sont fortement sous-évalués. Si le télétravail ne va vraisemblablement pas disparaître en 2021, du moins pas totalement, ces secteurs lésés devraient se redresser lorsque les conditions économiques seront davantage revenues à la normale.

Enfin, le secteur des produits de base et l’industrie des matériels en général sont tous deux bien positionnés pour profiter d’un rebond de l’économie et d’une reprise subséquente de l’activité industrielle. C’est d’ailleurs ce que montre l’envolée des prix du cuivre ces derniers mois : ce métal sert depuis longtemps de jauge économique, et sa demande à long terme se maintient du fait de son rôle essentiel dans l’électrification au sein des marchés des transports et des services collectifs.

Quant à l’or et aux titres aurifères, les mouvements de fonds pourraient jouer en leur défaveur au début de la reprise, mais la dynamique sous-jacente reste positive. Le cours de l’or pourrait même grimper davantage : l’industrie aurifère s’est efforcée d’accroître sa rentabilité et on s’attend à ce que le dollar américain et les taux réels continuent de peu évoluer, voire à ce qu’ils s’affaiblissent, à court terme.

Cours au comptant de l’or ($US) $altTag

Source : Bloomberg LP, au 30 novembre 2020.

Au bout du compte, les investisseurs devront se montrer sélectifs dans leur répartition au sein des actifs réels en 2021, mais qu’ils se rassurent : les occasions pourraient compenser plusieurs des risques, surtout parmi les segments survendus de cette catégorie d’actif. Non seulement les faibles taux favorisent les évaluations d'un bon nombre de ces placements à long terme, mais ils font également l’objet d’un positionnement cyclique relativement faible, aussi bien sur le plan historique qu’au vu de la possibilité croissante d’une forte reprise économique.

Steve Bonnyman

MBA, CFA®
Cochef, Recherche sur les actions, et gestionnaire de portefeuille, Placements AGF Inc.

Cochef, Recherche sur les actions, et gestionnaire de portefeuille

Stephen Bonnyman est cochef, Recherche sur les actions, et gestionnaire de portefeuille de titres canadiens et mondiaux du secteur des ressources naturelles. En collaboration avec les équipes de recherche d’AGF, il veille à repérer des sociétés spécialisées en ressources naturelles qui possèdent des bilans solides, des structures de coûts avantageuses, des évaluations attrayantes ou une croissance non reconnue.

Steve Bonnyman est membre du Comité de répartition de l’actif AGF, formé de gestionnaires de portefeuille chevronnés qui sont chargés de diverses régions et de différentes catégories d’actif. Les membres du comité se réunissent régulièrement pour discuter, de même que pour analyser et évaluer la conjoncture macroéconomique et les marchés de capitaux et pour formuler des recommandations visant une répartition optimale de l’actif.

Il s’est joint à l’équipe d’AGF en 2013 et possède plus de 20 ans d’expérience en matière d’achat et de vente de titres du secteur des matériels sur les marchés mondiaux, y compris cinq années en gestion de capitaux institutionnels.

Avant de se joindre à AGF, il était directeur général et analyste dans le domaine des titres miniers pour une grande institution financière, où il était responsable de toutes les activités de recherche et d’analyse boursière à l’échelle mondiale. Il a également occupé des postes d’analyste et de gestionnaire de portefeuille auprès de deux importantes sociétés de gestion d’actifs.

Il est titulaire d’un B.Sc. en géologie de l’Université McMaster, ainsi que d’un MBA de l’Université Dalhousie, en plus d’être analyste financier agréé (CFA®).

Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux des auteurs et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales et de toutes ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement.

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 8 décembre 2020 Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Nous invitons les investisseurs à consulter un professionnel des placements.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Investment LLC (« AGFUS ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA et AGFUS sont inscrites aux États-Unis à titre de conseillers. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières à travers le Canada. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

MC Le logo AGF est une marque de commerce de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

Notre site Web utilise des témoins (cookies) afin de pouvoir vous procurer la meilleure expérience qui soit. Veuillez accepter les témoins ou modifier vos paramètres.