CATÉGORIES D’ACTIFS | ALTERNATIFS

Le crédit privé au Canada est en mode rattrapage

le 6 décembre 2021 | Par: Ryan Dunfield

Le crédit privé au Canada est en mode rattrapage

Le pays présente l’un des marchés du crédit privé les moins matures, mais c’est précisément ce qui en fait potentiellement l’un des plus attrayants.

Le crédit privé constitue l’un des sous-secteurs des placements non traditionnels ou alternatifs dont la croissance est la plus rapide dans le monde. Depuis 2015, la taille de ce marché a doublé et pourrait atteindre 1,45 milliards $US d’actifs gérés d’ici 2025, selon Preqin, une société de recherche spécialisée en placements alternatifs.

À l’approche de 2022, il importe de souligner que certaines des meilleures occasions d’investissement dans cette catégorie d’actif ne proviendront pas nécessairement des régions qui ont alimenté le récent essor de ce marché – comme les États-Unis et l’Europe – mais plutôt d’endroits qui sont en mode rattrapage réglementaire.

Le Canada, par exemple, présente l’un des marchés du crédit privé les moins matures des économies développées, mais c’est précisément la raison pour laquelle son potentiel de croissance est si attrayant. En réalité, du fait de sa taille, le marché canadien ne pourra jamais concurrencer les plus grandes régions – mais le rythme de son expansion pourrait y être supérieur, car les catalyseurs de changement dans le segment des prêts aux grandes entreprises agissent tout comme ils l’ont fait ailleurs ces dernières années.

L’évolution du contexte réglementaire canadien et l’impact des exigences plus strictes en matière de fonds propres sur les prêts bancaires constituent peut-être le plus grand coup d’accélérateur à cet égard. Les six plus grandes banques du pays ont vraisemblablement été moins touchées par ces changements que les grandes banques d’autres pays, face à des restrictions semblables, depuis la crise financière mondiale il y a une décennie. Mais à mesure que le temps passe et que la réglementation continue de se resserrer, les banques évoluent et se trouvent toutes bien engagées dans un processus qui les incite à orienter leurs portefeuilles de prêts vers les segments les plus rentables – créant par le fait même un vide, que les prêteurs privés peuvent être de plus en plus appelés à combler.

Les sociétés canadiennes de moyenne capitalisation nécessitant du crédit sont particulièrement touchées par ce mouvement, car elles tendent à générer moins de revenus pour les prêteurs bancaires que les petites entreprises ou les grandes sociétés emprunteuses. Au Canada, les banques avaient jusqu’à récemment évincé les prêteurs non bancaires du fait qu’elles possédaient le quasi-monopole du marché en détenant 85 % de l’encours des prêts de ce créneau, selon des statistiques du gouvernement du Canada, mais cette pondération pourrait diminuer considérablement – si l’on se fie à l’évolution de ce marché aux États-Unis. En effet, avant la crise financière mondiale, les grandes banques américaines octroyaient environ 75 % des prêts de taille moyenne de ce pays. Présentement, il s’agirait plutôt de 20 %, selon des données de Preqin.

L’histoire s’est répétée en Europe, à divers degrés, et dans des pays tels que l’Australie, dont le secteur bancaire est très semblable à celui du Canada. Et si les banques canadiennes finissent par suivre le mouvement, même au moindre degré, il est plus que probable que les prêteurs privés devront prendre le relais. Plus encore, un grand nombre de ces occasions seront vraisemblablement de première qualité – et pas seulement de taille importante étant donné que les emprunteurs qui souscrivent des prêts de taille moyenne au pays affichent des profils de risque relativement bas, par rapport aux autres segments du marché.

Néanmoins, les investisseurs doivent être diligents alors que le nombre d’options d’investissement dans le crédit privé s’accroît au Canada. Bien que le but principal d’une catégorie d’actif soit presque toujours d’obtenir des rendements supérieurs, l’objectif est souvent atteint à un coût déraisonnable – surtout lorsque les prêts sous-jacents d’un fonds ou d’une stratégie de placement ne sont pas garantis de premier rang ou ne disposent pas de clauses restrictives solides et de ratios prêt/valeur raisonnables pour offrir une protection contre les fluctuations des évaluations du marché ou, pire, contre les défauts de paiement. 

Cela étant dit, l’avenir du crédit privé semble brillant, et ce, tant au Canada qu’ailleurs dans le monde. Néanmoins, les investisseurs ne peuvent tirer le meilleur parti de ces occasions qu’en faisant preuve de diligence raisonnable.

Ryan Dunfield
Ryan Dunfield
Dirigeant principal et chef de la direction
SAF Group
Dirigeant principal et chef de la direction

Ryan Dunfield est chef de la direction et dirigeant principal à SAF Group. Il est responsable de la mission stratégique globale de la société, de même que de la levée de capitaux et de la gestion des investissements. À ce titre, il joue un rôle dynamique dans le cadre des transactions et des réalisations importantes.

Avant de fonder SAF Group, M. Dunfield a travaillé pour un fonds de couverture événementiel, pour une société de placements privés située à Vancouver, et, plus tôt dans sa carrière, pour ATB Financial, au sein du groupe de services bancaires d’investissement et destinés aux entreprises. Au cours de la dernière décennie, il a siégé au conseil d’administration de plusieurs sociétés, publiques et privées.

Originaire de Vancouver, en Colombie-Britannique, M. Dunfield est titulaire d’un baccalauréat en économie de l’Université de Calgary, avec une mineure en commerce.

Ryan Dunfield, fondateur et chef de la direction de SAF Group. AGF et SAF Group ont conclu un partenariat exhaustif qui permettra de mettre l’accent sur de nouvelles occasions en matière de titres de créances privées.

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 6 décembre 2021. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Les spéculations ou les convictions énoncées à propos d’événements futurs, tels que les conditions du marché ou de l’économie, des rendements de titres ou des performances de sociétés, ou toute autre prévision représentent le point de vue de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales ou de ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et AGF n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document. Toute projection financière est fondée sur les opinions des gestionnaires de portefeuille et ne constitue pas une prévision. Les énoncés prospectifs et les opinions peuvent évoluer en fonction de la situation économique et sont assujettis à un certain nombre d’incertitudes qui pourraient amener les résultats réels à différer considérablement de ceux mentionnés dans les énoncés prospectifs. Nous invitons les investisseurs à consulter un professionnel des placements.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (PAGFI), AGF Investments America Inc. (AGFA), AGF Investments LLC (AGFUS) et AGF International Advisors Company Limited (AGFIA). AGFA et AGFUS sont inscrites aux États-Unis à titre de conseillers. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières à travers le Canada. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

Le présent document est réservé à l’usage des investisseurs qualifiés au Canada, des investisseurs professionnels en Europe et des investisseurs qualifiés aux États-Unis, ou à celui des conseillers afin de les aider à déterminer quels investissements conviennent le mieux aux investisseurs.

MD Le logo « AGF » est une marque déposée de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

Notre site Web utilise des témoins (cookies) afin de pouvoir vous procurer la meilleure expérience qui soit. Veuillez accepter les témoins ou modifier vos paramètres.