Catégories d’actifs | Actifs réels

L’histoire se répète

le 6 décembre 2021 | Par: Stephen Bonnyman

L’histoire se répète

Les actifs réels font partie intégrante de la réindustrialisation et de l’écologisation de l’économie moderne.

D’après les données économiques, l’inflation ne passera pas inaperçue, loin de là, bien que sa durée – à savoir transitoire ou permanente – n’ait pas encore été déterminée. Peu importe, l’économie réelle et les marchés des capitaux en subiront probablement les impacts en 2022, et les actifs réels, qui ont été avantagés au cours de la dernière année, devraient garder le cap si les prix continuent de grimper. Mais l’inflation ne constitue pas le seul catalyseur d’occasions au sein de cette catégorie d’actifs. Certaines personnes considèrent les actifs réels – des produits de base à l’immobilier en passant par les services aux collectivités et le transport – comme faisant partie de l’« ancienne » économie, alors que dans les faits, ces secteurs seront probablement appelés à jouer des rôles tout aussi importants pendant la réindustrialisation et l’écologisation de l’économie moderne, comme ce fut le cas lors des transitions économiques précédentes. Des analystes à Goldman Sachs ont récemment affirmé qu’il s’agissait de « la revanche de l’ancienne économie ».

En règle générale, les actifs réels évoluent de manière cyclique, du fait de l’élasticité réduite de l’offre par rapport au prix et des importants besoins en capitaux initiaux. Par le passé, un bon nombre de sociétés de produits de base ont cherché à concurrencer les sociétés technologiques à forte croissance pour obtenir des capitaux en adoptant des stratégies à forte croissance semblables, qui n’ont fait qu’exacerber la surcharge de l’offre et qu’entraîner une destruction massive de la richesse. En outre, sur les marchés boursiers, ces stratégies ont déclenché une hausse des primes de risques, diminué les capitalisations et réduit l’intérêt des investisseurs. Cependant, les équipes de direction des sociétés ont récemment réagi face à l’évolution des marchés – et à la pression accrue des actionnaires pour qu’elles se concentrent sur le rendement du capital plutôt que sur sa destruction – en adoptant une politique de prix plutôt que de volume et des stratégies de rendement à la place de croissance. Nous avons observé cette tendance, par exemple, sur les marchés pétroliers, où en dépit d’une hausse de 50 % des prix du pétrole au cours de la dernière année, l’OPEP+ maintient son profil de production à croissance lente intact; entre temps, le niveau de production d’huile de schiste aux États-Unis demeure en deçà de celui atteint en 2020, selon des données de Bloomberg.

Toutefois, de multiples sociétés d’actifs réels sont aux prises avec un autre obstacle évident. Étant donné que le changement climatique occupe maintenant l’avant-scène, les investisseurs s’intéressent de plus en plus aux facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). Un nombre croissant de fonds (et même de prêteurs) intègrent désormais ces facteurs dans leurs critères d’investissement. Cette nouvelle donne limite encore plus les capitaux affectés aux secteurs des actifs réels, qui tendent à être les émetteurs de carbone les plus visibles (ou les plus en amont). Un grand nombre de sociétés d’actifs réels traditionnelles ont subi des pressions les incitant à s’adapter à cet environnement en évolution, tandis que les sociétés de l’« économie verte » ont tiré parti du changement.

Deux événements pourraient éclairer cette ombre au tableau. Le premier se situe à la suite de la récession, où de nombreuses banques centrales ont commencé à réduire les mesures quantitatives qu’elles avaient mises en œuvre, afin d’aider à revigorer les marchés financiers et à alimenter l’inflation des actifs financiers, mais ces efforts stimulent peu l’économie « réelle ». La levée des mesures quantitatives pourrait rééquilibrer la demande en faveur des actifs physiques, tout comme celle des produits de base.

Le second marque le fait que le besoin de « choses » physiques semble avoir été sous-estimé dans le nouvel intérêt mondial mettant l’accent sur la réduction de l’empreinte de carbone. La décarbonisation de l’économie requerra des quantités immenses de cuivre, d’aluminium et de nickel; les batteries et le stockage d’énergie entraîneront une demande supérieure de métaux et de produits chimiques. Un avenir plus sobre en carbone nécessitera la reconstruction des infrastructures énergétiques, la modernisation des biens immobiliers et l’expansion de l’électrification. Afin d’être en mesure d’accélérer cette production et de jeter les nouvelles bases industrielles, le besoin en matière d’énergie continuera de croître, ce qui pourrait se répercuter sur la demande d’hydrocarbures, bien au-delà des prévisions optimistes formulées par les responsables des politiques d’aujourd’hui.

En résumé, parallèlement aux cycles industriels du passé, l’écologisation de l’économie mondiale dépendra de la disponibilité et de l’évolution des actifs réels. Cela devrait procurer de meilleures occasions d’investissement et susciter davantage l’intérêt des investisseurs pendant le prochain cycle d’investissement.

Stephen Bonnyman
Stephen Bonnyman, MBA, CFA®
Cochef, Recherche sur les actions, et gestionnaire de portefeuille
Placements AGF Inc.
Cochef, Recherche sur les actions, et gestionnaire de portefeuille

Stephen Bonnyman est cochef de la recherche sur les actions, et gestionnaire de portefeuille responsable des portefeuilles d’actifs réels mondiaux d’AGF. En étroite collaboration avec les équipes de recherche d’AGF, il veille à repérer des sociétés qui possèdent des modèles d’entreprise avantageux, des bilans solides, des structures de coûts favorables, des évaluations attrayantes ou une croissance non reconnue. Steve Bonnyman est membre du Comité de répartition de l’actif AGF, formé de gestionnaires de portefeuille chevronnés qui sont chargés de diverses régions et de différentes catégories d’actif. Les membres du comité se réunissent régulièrement pour échanger, de même que pour analyser et évaluer l’actualité macroéconomique et les marchés de capitaux, afin de formuler des recommandations visant à déterminer une répartition optimale de l’actif.

Il s’est joint à l’équipe d’AGF en 2013 et possède plus de 20 ans d’expérience en matière d’achat et de vente de titres du secteur des matériels sur les marchés mondiaux, y compris cinq années en gestion de capitaux institutionnels. Avant de se joindre à AGF, il était directeur général et analyste dans le domaine des titres miniers pour une grande institution financière, où il était responsable de toutes les activités de recherche et d’analyse boursière à l’échelle mondiale. Il a également occupé des postes d’analyste et de gestionnaire de portefeuille auprès de deux importantes sociétés de gestion d’actifs.

Il est titulaire d’un baccalauréat en géologie de l’Université McMaster, ainsi que d’un MBA de l’Université Dalhousie, en plus d’être analyste financier agréé (CFA®).

Inscrit à titre de gestionnaire de portefeuille à Placements AGF Inc. et AGF Investment America Inc. CFA® (Chartered Financial Analyst®) est une marque de commerce du CFA Institute.

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 6 décembre 2021. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils exhaustifs en matière de placement applicables à la situation d’une personne en particulier. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et Placements AGF n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document.

Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales ou de ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement.

« Bloomberg® » est une marque de service de Bloomberg Finance L.P. et de ses sociétés affiliées, y compris l’administrateur de l’indice Bloomberg Index Services Limited (« BISL ») (collectivement « Bloomberg »). Ces marques ont été concédées sous licence aux fins de certaines utilisations par La Société de Gestion AGF Limitée et ses filiales. Bloomberg n’est pas affiliée à La Société de Gestion AGF Limitée ou à ses filiales et elle ne donne ni approbation, ni appui, ni examen, ni recommandation à l’égard d’aucun produit de La Société de Gestion AGF Limitée ou de ses filiales. Bloomberg ne garantit pas la pertinence, l’exactitude ou l’exhaustivité des données ou des renseignements se rapportant à tout produit de La Société de Gestion AGF Limitée ou de ses filiales.

Les références concernant des titres spécifiques sont présentées uniquement pour illustrer l’application de notre philosophie de placement et ne représentent pas tous les titres achetés, vendus ou recommandés pour le portefeuille. Il ne faut pas supposer que les placements dans les titres mentionnés ont été ou seront rentables et ces références ne doivent pas être considérées comme des recommandations de Placements AGF Inc.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (PAGFI), AGF Investments America Inc. (AGFA), AGF Investments LLC (AGFUS) et AGF International Advisors Company Limited (AGFIA). AGFA et AGFUS sont inscrites aux États-Unis à titre de conseillers. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières à travers le Canada. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

Le présent document est réservé à l’usage des investisseurs qualifiés au Canada, des investisseurs professionnels en Europe et des investisseurs qualifiés aux États-Unis, ou à celui des conseillers afin de les aider à déterminer quels investissements conviennent le mieux aux investisseurs.

MD Le logo « AGF » est une marque déposée de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

Notre site Web utilise des témoins (cookies) afin de pouvoir vous procurer la meilleure expérience qui soit. Veuillez accepter les témoins ou modifier vos paramètres.