La sécurité des données prend une nouvelle dimension,alors que les imprimantes 3D font évoluer l’industrie manufacturière.

La sécurité n’est plus ce qu’elle était

le 25 octobre 2017 • FABRICATION À DOMICILE

L’impression en 3D apparaît comme la prochaine révolution industrielle. Comme les produits traditionnellement fabriqués en usine seront bientôt assemblés à domicile, la protection de l’information revêt désormais une importance cruciale.

D’ici 30 ans, l’impression 3D va révolutionner la fabrication et pourrait déclencher une autre révolution industrielle. Déjà, nous voyons de nouvelles tendances émerger dans les secteurs de la santé et de la mode. Les fabricants américains d’appareils auditifs ont adopté l’impression 3D comme source principale de création [1], à l’instar de nombreux fabricants de chaussures de sport. D’innombrables produits traditionnellement conçus dans des usines étrangères et vendus dans des magasins seront bientôt créés à la maison. Malgré son côté pratique, la fabrication à domicile constitue une véritable menace pour les fabricants traditionnels. Théoriquement, tout ce qui sera fabriqué deviendra un ensemble de données; un modèle numérique téléchargeable susceptible d’être copié, volé et distribué illégalement.

Il suffit de songer aux retombées de la numérisation sur l’industrie de la musique et les pertes de revenus considérables provoquées par le partage illégal de fichiers. Plus récemment, cette menace s’est étendue à l’industrie du cinéma et de la télévision. De même, l’impression 3D provoquera-t-elle sous peu la disparition des fabricants de tuyaux en PVC et des fabricants de pièces d’automobiles, puisque les gens pourront désormais fabriquer eux-mêmes ces produits? On évalue à un million le nombre d’imprimantes 3D qui seront vendues en 2020, comparativement à 220 000 en 2015, dont 90 % seront commandées par de petits acheteurs, étant donné que ces produits deviendront plus abordables pour les consommateurs. À mesure que la chaîne d’approvisionnement sera raccourcie, la nécessité de protéger les données augmentera.

On dénombre entre 80 et 90 millions d’événements de cybersécurité chaque année, qui coûtent 575 milliards de dollars à l’économie mondiale et constituent la principale source d’attaques économiques contre les gouvernements et de vol de propriété intellectuelle d’entreprises [2].

La croissance rapide de l’utilisation de l’informatique en nuage accroît cette menace. Cloudlock estime que les grandes organisations stockent en moyenne plus de 100 000 fichiers sensibles dans des applications infonuagiques qui violent les politiques de sécurité relative aux données des entreprises. Et, comme on évalue à 50 milliards le nombre de périphériques qui seront connectés à Internet d’ici 2020, il devient difficile d’assurer le suivi des appareils vulnérables aux menaces. Nous avons été témoins de plusieurs exemples de cyberattaques de haut niveau ces dernières années, visant notamment Home Depot et Target, sans compter que le scandale Equifax se poursuit.

Cette menace importante crée des occasions d’affaires pour l’industrie de la cybersécurité, dont la valeur devrait atteindre 170 milliards de dollars américains d’ici 2020 1. Ce qui ajoute à l’attrait de cette industrie est un modèle d’affaires positionné comme gagnant-gagnant pour les fournisseurs de services de cybersécurité et leurs clients. Les entreprises qui utilisent ces technologies de renseignement de sécurité font chuter le coût annualisé de la cybercriminalité, ce qui se traduit par un rendement du capital investi de 21 % [3].

La prévalence du cyber-vol augmente à un rythme effarant et s’accentue à mesure que les méthodes gagnent en complexité. AGF suit de près l’évolution de la situation et met tout en œuvre pour investir dans des chefs de file de la cybersécurité capables de lutter contre cette menace grandissante.


[1] Bernstein, juillet 2016

[2] Bank of America Merrill Lynch, septembre 2015

[3] Ponemon Institute Research, Bank of America Merrill Lynch, septembre 2015

Les commentaires que renferme ce document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général fondés sur des informations disponibles au 1er octobre 2017 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre, ni une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document. Nous invitons les investisseurs à obtenir les conseils d’un conseiller financier.

Date de publication : le 30 octobre 2017