Perspectives du marché asiatique

Par: AGF Asset Management Asia Ltd.¹ • le 22 novembre 2017 • Aperçu du produit

Perspectives régionales

En dépit d’un rendement solide au cours des trois derniers trimestres, les évaluations demeurent raisonnables sur les marchés asiatiques. Selon des résultats consensuels, la région se négocie à environ 13,2 fois les bénéfices de 2018 avec un taux de croissance prévu des bénéfices de 12,1 %. Quant au ratio C/B actuel, les évaluations se situent de nouveau dans les moyennes historiques à long terme. Comparativement aux marchés mondiaux, les évaluations des titres asiatiques semblent également intéressantes. L’indice MSCI Monde se négocie à 2,4 fois le ratio C/B actuel.

Les perspectives macro-économiques de l’Asie semblent favorables compte tenu d’un taux de croissance plutôt fort et d’un taux d’inflation faible. Un dollar américain anémique peut également réduire le risque de sorties de capitaux de la région. Cela étant dit, une appréciation de 4 % d’un dollar pondéré selon les échanges commerciaux en regard des creux récents enregistrés au début septembre a permis aux marchés asiatiques de réaliser d’autres gains. La croissance des bénéfices des sociétés a aussi été vigoureuse, la région ayant rehaussé pour le 17e mois de suite les bénéfices par action estimatifs consensuels de 2018. Cette toile de fond positive, jumelée à l’abondance de liquidités, est prometteuse en fait d’appréciation continue des valeurs boursières asiatiques.
Les risques clés connexes à ces perspectives positives comprennent une hausse abrupte des taux d’intérêt aux États-Unis, un changement de politique monétaire pour rapidement réduire l’effet de levier de l’économie chinoise et une guerre pure et simple contre la Corée du Nord.

En Chine, le 19e congrès du Parti communiste n’a présenté aucune grande surprise. Cependant, il est évident que le président Xi, qui a été nommé pour un deuxième mandat, a davantage consolidé son pouvoir. Le nouveau comité permanent du Bureau politique du Parti communiste, le groupe le plus puissant du parti, ne semble pas avoir trouvé de successeur potentiel évident au président Xi, ce qui laisse entendre que celui-ci pourrait rester au pouvoir après son deuxième mandat de 5 ans qui prendra fin en 2022. Son statut et son autorité au sein du parti ont été clairement raffermis, car ses propos sur « le socialisme avec des caractéristiques chinoises pour une nouvelle ère » ont été ajoutés à la constitution du Parti. Ses politiques économiques actuelles devraient se maintenir. L’établissement d’un taux cible pour la croissance n’a pas fait partie des enjeux mentionnés, l’attention ayant davantage porté sur la qualité de cette croissance que sur le rythme. Ses priorités clés comprennent une campagne contre la corruption, des réformes du côté de l’offre, une restructuration graduelle des entreprises appartenant à l’État, une politique de protection de l’environnement, des mesures contre la spéculation immobilière et une initiative d’« une ceinture, une route ». Tous ces projets vont probablement se poursuivre. Nous entrevoyons un léger ralentissement de la croissance en 2018, car nous estimons que la restructuration économique se fera à un rythme modéré et que le marché de l’habitation décélérera.

En Corée du Sud et à Taïwan, la reprise des exportations depuis le second semestre de 2016 a aidé à stabiliser la croissance de ces deux économies. En Corée du Sud, alors que les tensions avec la Corée du Nord continuent de poser problème, la signature d’une entente avec la Chine visant à normaliser les relations bilatérales devrait stimuler l’économie en appuyant des sociétés dans des secteurs reliés à la Chine, comme le tourisme et les produits de beauté. En revanche, le président chinois Xi s’est adressé avec sévérité à Taïwan lors du 19e congrès du parti, indiquant que la Chine possède « la détermination, la confiance et la compétence » pour réprimer l’indépendance de Taïwan. À l’échelle nationale, l’administration Tsai va de l’avant avec sa réforme des pensions et son plan d’expansion importante des infrastructures, deux éléments qui devraient embellir l’économie à long terme.

En Inde, les plus lourdes complications attribuables à l’imposition d’une taxe sur les produits et services (TPS) depuis le 1er juillet 2017 sont peut-être chose du passé, car certains indicateurs macro-économiques fréquemment évalués comme la vente de tracteurs et la demande de diesel se sont fortement redressés en septembre. Le premier ministre Modi continue de mettre en œuvre des réformes et des plans d’aménagement ambitieux, dévoilant récemment une initiative de recapitalisation des banques de l’ordre de 2,1 mille milliards INR (32,3 milliards $US) et un gigantesque projet de construction de routes se chiffrant à 6,9 mille milliards INR (106,3 milliards $US). Tout repose sur l’application de ces mesures.

Les pays de l’Asie du Sud-Est ont dans l’ensemble tiré parti de la reprise cyclique des prix des marchandises et du pétrole au cours des derniers mois, enregistrant de meilleurs résultats en matière d’activités commerciales. Sur le plan budgétaire, les gouvernements semblent pareillement prêts à engager des dépenses dans les infrastructures, comme le dénote l’affectation d’une part plus importante des budgets annuels à ces projets. En Indonésie, la croissance du PIB, dont la stagnation aux environs de 5 % a déçu, semble vouloir s’accélérer en 2018, étayée par les baisses récentes des taux d’intérêt et les hausses des dépenses publiques.

Perspectives relatives à la Chine

Le taux de croissance du PIB de la Chine demeure vigoureux pour s’établir à 6,8 % sur douze mois au troisième trimestre de 2017. L’activité industrielle a continué sa progression, l’indice PMI demeurant au-dessus des 51 points tout au long de la période. Entre temps, la consommation intérieure a également fait preuve de robustesse, l’indice PMI des secteurs non manufacturiers atteignant 54 points. Ce résultat est en partie attribuable à l’effet de richesse résultant de la vigueur du marché immobilier, l’indice de confiance des consommateurs en Chine grimpant à 113,3 points en juin, son niveau le plus élevé depuis août 2007. Les exportations chinoises ont profité de la faiblesse de la devise en 2016 et de l’accroissement de la demande externe pour atteindre un taux de 7,6 % pour les huit premiers mois de l’année, une amélioration notable en regard du recul de 7,7 % pour la même période en 2016.

Quant aux perspectives relatives à la Chine, la tendance à l’amélioration durable de la consommation – soutenue par un taux d’emploi élevé et une croissance stable du revenu – devrait rehausser la qualité de la croissance et profiter aux grandes sociétés dans certains secteurs, y compris ceux de la consommation de base, du tourisme, de l’automobile, des appareils électroménagers et de la technologie. Les dépenses des ménages en matière de services, notamment en soins de santé et en éducation, ont également augmenté beaucoup plus rapidement que d’autres dépenses. Une hausse des exportations, quoique modérée, semble viable en raison de la reprise synchronisée à l’échelle mondiale et devrait continuer d’avantager la croissance du PIB. Bien que les réformes en cours du côté de l’offre, dont des réductions de capacité industrielle et des règlements stricts en matière d’environnement, puissent limiter la progression de la croissance soutenue par les investissements, elles devraient encourager la reprise des bénéfices des sociétés plus longtemps. Les facteurs clés d’incertitude à surveiller concernent la construction d’immeubles et la baisse des investissements en raison des subventions moindres pour les bidonvilles et de l’essoufflement potentiel des ventes de propriétés à la suite du rétablissement récent de politiques plus strictes dabs ce secteur.
Il importe de souligner qu’une faible inflation devrait se poursuivre en 2018. Le taux d’inflation globale est resté en deçà de 2 % pendant presque toute l’année à ce jour, surtout en raison des prix déflationnistes des aliments. Les réserves de maïs du gouvernement sont élevées et le cycle de déstockage qui vient à peine de commencer sera en mesure de durer pendant un bon moment. Cette situation maintiendra l’inflation jugulée, car le taux d’inflation alimentaire en Chine est fortement corrélé avec le prix du maïs, céréale importante dans l’alimentation du bétail en Chine.

1 Cette société agit seulement en qualité de conseiller du portefeuille du fonds. Un tel conseiller entreprend, pour le compte du fonds, des recherches et émet des recommandations d’investissement, mais ne prend aucune décision d’investissement au nom de ce fonds.

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général disponibles au 10 novembre 2017 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document.

Les renseignements que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général relativement à des choix et à des stratégies de placement et ne devraient pas être considérés comme des conseils exhaustifs en matière de placement applicables à la situation d’une personne en particulier. Nous recommandons fortement de consulter un conseiller financier avant de prendre des décisions de placement. Des références concernant des titres spécifiques sont présentées uniquement pour illustrer l’application de notre philosophie d’investissement et ne doivent pas être considérées comme des recommandations de la part de Placements AGF Inc. Les titres spécifiques identifiés et décrits dans le présent document ne représentent pas tous les titres achetés, vendus ou recommandés pour le portefeuille et il ne faut pas supposer que les investissements dans les titres identifiés étaient ou seraient rentables.

Date de publication : le 17 novembre 2017.