le 5 décembre 2019 | Par: Hyewon Kong

Investissement responsable : Un nombre croissant de gestionnaires d’actifs utilisent leur pouvoir d’actionnaire pour amorcer le changement.

5.5 min de lecture

Il n’y a pas si longtemps, le secteur du placement avait tendance à voir l’investissement responsable comme un segment hautement spécialisé du marché. Les temps ont changé.

Les facteurs ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) ont pris une ampleur spectaculaire, aussi bien dans le monde des affaires qu’auprès des gestionnaires de placements. Le meilleur exemple est peut-être la déclaration faite en août par le groupe américain Business Roundtable, dans laquelle 181 dirigeants de certaines des plus grandes entreprises du monde affirment que la raison d’être d’une entreprise est la « création de valeur pour toutes ses parties prenantes », c’est-à-dire son personnel, ses clients, ses fournisseurs et ses communautés. Ce point de vue fait contraste avec la position officielle, défendue pendant plus de 20 ans, voulant que la mission première d’une entreprise soit de servir uniquement les intérêts de ses actionnaires.

Alors qu’une nouvelle décennie est sur le point de débuter, le poids des facteurs ESG est appelé à augmenter, non seulement dans les déclarations officielles des entreprises, mais aussi dans les arguments théoriques et pratiques du secteur du placement. Ce changement est attribuable, en partie, à l’évolution des lois et de la réglementation. Il est également dû à la sensibilité grandissante du secteur au fait que les pratiques de bonne gérance et d’investissement durable sont des composantes essentielles de la gestion des risques et de la responsabilité des gestionnaires d’actifs vis-à-vis des investisseurs. À mesure que cette tendance s’affirmera, la prise en compte des facteurs ESG et des bonnes pratiques de gérance ne sera plus un atout pour les gestionnaires d’actifs; ce sera un prérequis. 

Dans cet esprit, le UK Financial Reporting Council a marqué un jalon quand il a publié en 2010 son code de gérance, qui définissait sept principes à suivre pour les gestionnaires de fonds œuvrant pour des investisseurs institutionnels comme les caisses de retraite. Ce code a instauré une exigence de « se conformer ou s’expliquer » : le respect de ses principes n’est pas obligatoire, mais les gestionnaires de fonds sont tenus d’expliquer pourquoi ils ne s’y conforment pas. D’autres ressorts territoriaux ont suivi l’exemple du Royaume-Uni. En 2014, le Japon a adopté son propre code de gérance et, en 2017, l’Investor Stewardship Group, une coalition d’investisseurs institutionnels américains et internationaux, a publié son cadre de gérance et de gouvernance américain (Framework for U.S. Stewardship and Governance).

Jusqu’ici, les codes ont mis l’accent sur les politiques de gérance (par exemple, les politiques définissant la manière dont les entreprises s’acquittent de leurs responsabilités, gèrent les conflits et coopèrent avec les autres investisseurs) et sur la reddition de compte. Toutefois, un tournant décisif se dessine en matière de gérance. En janvier, une version révisée du code britannique entrera en vigueur; il insistera davantage sur les activités et les résultats liés à la gérance, au-delà des politiques. Le nouveau code mettra l’accent sur la façon dont l’investissement et la gérance sont intégrés l’un à l’autre, y compris sur les facteurs ESG. En vertu de ce code, les investisseurs sont tenus d’expliquer la manière dont leurs politiques de gérance s’appliquent à l’ensemble des catégories d’actifs (actions de sociétés ouvertes, titres à revenu fixe, actions de sociétés fermées, etc.) et aux investissements effectués à l’extérieur du Royaume-Uni. Sur le marché du placement mondialisé d’aujourd’hui, les effets de ce nouveau code seront ressentis bien au-delà des frontières du Royaume-Uni. Il faut mentionner que, au cours des dix prochaines années, on peut s’attendre à voir d’autres ressorts territoriaux lui emboîter le pas, dont l’Europe, d’autres pays asiatiques et le Canada.

Par conséquent, du point de vue réglementaire, il est logique d’adopter de manière proactive des politiques et des pratiques qui se conforment à la tendance. Cela dit, les enjeux dépassent la réglementation. Des études montrent que les entreprises les plus performantes en matière de facteurs ESG ou qui s’améliorent à cet égard obtiennent également des rendements supérieurs à long terme. Elles présentent généralement un coût en capital plus bas, un profil de risque à long terme plus faible et des résultats supérieurs à plusieurs égards. L’investissement responsable et la gérance ne sont pas simplement des appâts. Ces démarches seront de plus en plus déterminantes dans la réalisation du mandat des gestionnaires d’actifs, qui est de procurer aux investisseurs des rendements exceptionnels. Elles supposent donc un modèle d’actionnariat plus actif auprès des entreprises dans lesquelles ils investissent.

Le changement climatique illustre bien la manière dont ces tendances se concrétisent. Toutes les entreprises sont exposées au changement climatique; il s’agit d’un risque systémique. Les exigences réglementaires (par exemple, les taxes sur le carbone) influeront sur les décisions des entreprises en matière de dépenses en immobilisation et de planification, et aussi, dans certains secteurs comme le pétrole et le gaz, sur le chiffre d’affaires et le résultat net. De plus en plus, les gestionnaires d’actifs devront s’informer et fournir des réponses sur le rôle qu’ils ont à jouer dans la gestion du risque climatique.

Quelle est notre démarche de sensibilisation auprès des entreprises dans lesquelles nous investissons? Comment pouvons-nous aider ces entreprises à en gérer l’impact? De quelle façon le changement climatique est-il pris en compte dans nos décisions de placement?

Sur ces enjeux, entre autres, la mobilisation des investisseurs gagnera beaucoup en importance. Pour notre part, nous avons adopté quatre principes en matière de gérance de l’investissement. Les deux premiers sont liés aux facteurs ESG : premièrement, recherche, analyse et évaluation des facteurs ESG et intégration de ces facteurs dans la détermination de la valeur et du rendement d’un placement; deuxièmement, intégration des facteurs ESG dans notre gestion des risques et notre surveillance au niveau du portefeuille. Les deux autres principes guident nos interactions avec les entreprises en portefeuille : actionnariat actif (centré sur le vote par procuration) et sensibilisation (dialogue avec les entreprises, les autorités et les autres investisseurs dans le but d’influencer et de promouvoir les pratiques ESG à valeur ajoutée).

Ces principes de gérance ne dictent pas la manière dont nos gestionnaires de portefeuille doivent exercer leurs droits de vote par procuration, mais ils les obligent à se conformer ou à s’expliquer, dans l’esprit du code de gérance du Royaume-Uni et d’autres ressorts territoriaux. Le niveau de sensibilisation aux facteurs ESG peut varier d’un secteur ou d’une région à l’autre. Toutefois, notre engagement à l’égard de la gérance responsable se manifestera souvent par la recherche d’une amélioration plutôt que par une quête de perfection. De plus, nous évaluerons constamment le rendement ESG des entreprises dans lesquelles nous investissons et le résultat de cette évaluation sera intégré à nos décisions de placement et de gérance. Enfin, si nous exerçons nos droits de vote par procuration d’une certaine façon, nous expliquerons nos décisions.

esg infographic
Source : Comité d’examen des considérations ESG d’AGF, au 30 septembre 2019. Les résultats des principes concernant l’actionnariat actif et la sensibilisation comprennent les activités des filiales de La Société de Gestion AGF Limitée.

C’est un engagement indéfectible, mais qui évolue très rapidement, non seulement pour AGF, mais aussi pour l’ensemble des gestionnaires d’actifs. L’investissement responsable et la gérance ne représentent plus un créneau du marché ou une mode passagère, mais bel et bien une priorité.

Hyewon Kong, Gestionnaire de portefeuille adjointe, Placements AGF Inc.

Perspectives 2020 AGF : Quand faut-il considérer qu'il est trop tard?

Tout lire

Quels événements détermineront le destin des marchés?

Webémission AGF consacrée aux perspectives 2020

Visionner la rediffusion
PRODUITS ET SERVICES

Découvrez comment nous gérons nos investissements

Souscription par courriel

Abonnez-vous à nos courriels de mises à jour, à nos bulletins d'information et à nos alertes.

Commentaires d'experts sur l'actualité, l'investissement, les marchés et la finance

Inscription

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 30 novembre 2019. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Nous invitons les investisseurs à consulter un conseiller financier.

Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales ou de ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), Gestion de placements Highstreet (« Highstreet »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Asset Management (Asia) Limited (« AGF AM Asia ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA est inscrite aux États-Unis à titre de conseiller. PAGFI et Highstreet sont inscrites à titre de gestionnaires de portefeuille auprès des commissions des valeurs mobilières canadiennes. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. AGF AM Asia est inscrite à Singapour à titre de gestionnaire de portefeuille. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

MC Le logo AGF est une marque de commerce de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

Notre site Web utilise des témoins (cookies) afin de pouvoir vous procurer la meilleure expérience qui soit. Veuillez accepter les témoins ou modifier vos paramètres.