le 30 novembre 2020 | Par: Regina Chi et Mark Weinberg

L’importance de la mobilisation des actionnaires au sein des marchés émergents

Télécharger (PDF 535 Ko) 5 min de lecture
Ce document souligne l’importance de la mobilisation des actionnaires dans les marchés émergents, où les données concernant les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) sont limitées. Nous examinons le rôle des agences de notation ESG indépendantes dans la promotion des placements ESG à l’échelle mondiale, mais nous misons sur la prudence dans la prise de décisions de placement fondées uniquement sur les notes. Nous avons constaté des limites et des biais inhérents à l’analyse et aux notes, y compris le manque de données de qualité relativement aux facteurs ESG et la comparabilité entre les agences de notation. Nous concluons donc que l’intégration des facteurs ESG et la mobilisation active des actionnaires sont essentielles pour comprendre et analyser les enjeux ESG d’une société.

Au cours des 30 dernières années, les marchés émergents ont enregistré une croissance du PIB de 24 %, lequel représente maintenant près de 60 % du total mondial selon la PPA1. Les projections montrent que les économies des marchés émergents comme l’Indonésie, le Brésil et le Mexique devraient être plus importantes que celles du Royaume-Uni et de la France selon la PPA d’ici 2050. Cela met en évidence l’attrait à long terme de la catégorie d’actif des marchés émergents, comme en témoignent les souscriptions cumulatives d’actions au cours des deux dernières décennies (figure 1)2.
Figure 1 : Le potentiel de croissance des marchés émergents a attiré les souscriptions d’actions
$altTag
Source : EPFR Global, base de données des mouvements de capitaux par pays, Morgan Stanley Research, 4 novembre 2020.

Le potentiel de croissance économique et l’augmentation du nombre d’investisseurs institutionnels ont sensibilisé le monde à des enjeux comme le creusement des inégalités de revenu, le travail forcé des enfants dans les chaînes d’approvisionnement, les violations des droits de la personne, l’intensité de la consommation d’eau et l’intensification des problèmes environnementaux. Fait important, ces enjeux ESG pourraient menacer le développement économique des pays en développement et avoir des répercussions sur les rendements durables à long terme des sociétés s’ils ne sont pas réglés.

Heureusement, l’intérêt pour les placements ESG a gagné en popularité ces dernières années; la valeur des actifs ESG mondiaux a doublé sur quatre ans et plus que triplé sur huit ans, pour atteindre 40 500 milliards de $US en 20203. Bien que la majeure partie de ces actifs, et leur croissance, soient principalement liés aux marchés développés, la taille de la catégorie d’actif des marchés émergents, conjuguée à l’intérêt accru des décideurs des marchés émergents et des investisseurs institutionnels mondiaux (figure 2), a entraîné une attention accrue envers les enjeux ESG au sein des marchés émergents.

Figure 2 : La participation des investisseurs institutionnels aux marchés émergents est élevée
$altTag
Source : Schroders, De La Cruz, A., A. Medina et Y. Tang (2019). « Owners of the World’s Listed Companies », OECD Capital Market Series, Paris. Seuls les pays émergents sont présentés. Investisseurs institutionnels canadiens et étrangers, fin 2017. Ensemble des placements des investisseurs institutionnels en proportion de la capitalisation boursière flottante. * La capitalisation boursière flottante est estimée comme étant composée d’investisseurs institutionnels et d’autres investisseurs libres.

Le manque de données de qualité relativement aux facteurs ESG

Malgré la montée en flèche des fonds axés sur les facteurs ESG et l’amélioration de la communication d’information relative aux facteurs ESG au cours des dernières années, la cohérence, la comparabilité et l’importance relative des données concernant les facteurs ESG sont toujours insuffisantes. Cette situation s’explique en grande partie par le fait que de nombreux pays n’ont pas la réglementation nécessaire pour rendre obligatoires les informations à fournir et les normes d’information en matière de facteurs ESG. Toutefois, le contexte réglementaire s’est amélioré au cours des dernières années. Grâce à des initiatives comme Sustainable Stock Exchanges (SSE), les organismes de réglementation partout dans le monde ont encouragé les investisseurs à s’intéresser et à participer à l’investissement durable en améliorant la divulgation par les sociétés de renseignements sur le rendement et les risques liés aux facteurs ESG. L’Europe est la région la plus avancée à cet égard, mais d’autres pays font aussi des progrès.

Au sein des marchés émergents, les réformes en matière d’urbanisation, de pollution, de stress hydrique et de changements climatiques ne sont que quelques-uns des facteurs qui augmentent la pression exercée sur les décideurs pour qu’ils s’engagent à répondre aux préoccupations environnementales. La Chine et l’Inde mènent le bal. La Chine cherche à se positionner comme un chef de file dans la lutte mondiale contre les changements climatiques. En 2020, la China Securities Regulatory Commission rend obligatoire, pour toutes les sociétés cotées en bourse et tous les émetteurs d’obligations, la divulgation des risques liés aux facteurs ESG associés à leurs activités. De plus, la Plateforme internationale portant sur le financement durable (PIFD), lancée en 2019, a mis sur pied un groupe de travail consacré aux taxonomies, coprésidé par la Chine et l’UE. Ces deux territoires ainsi que l’Inde, également membre de la PFID, ont déjà mis en place des systèmes de classification pour les produits de financement vert. Le Securities and Exchange Board of India (SEBI) a stimulé le programme de financement vert, principalement par la mise en œuvre de règlements sur la communication de renseignements relatifs au développement durable4. En 2012, le SEBI a rendu obligatoire la publication d’un rapport annuel sur la responsabilité d’entreprise pour les 100 plus grandes sociétés cotées en bourse, et ses obligations de divulgation ont été étendues aux 500 plus grandes sociétés en 2015. Le Brésil, Hong Kong, l’Inde, l’Indonésie, la Malaisie, le Pérou et l’Afrique du Sud ont également amélioré la réglementation en matière de facteurs ESG, exigeant la production de rapports à titre de règles d’inscription, des rapports de durabilité annuels et des formations sur les facteurs ESG5.

Bien que des organisations comme le Sustainability Accounting Standards Board (SASB) et le Groupe de travail sur l’information financière relative aux changements climatiques (GIFCC) contribuent à la normalisation de la présentation de l’information financière liée aux placements, l’amélioration des informations fournies par les sociétés est également nécessaire. En l’absence de lois et de cadres de déclaration normalisés, chaque société peut, à sa discrétion, déterminer les enjeux ESG qui sont importants pour ses activités et décider des facteurs à déclarer.

Un autre problème est que la vaste majorité des informations en matière de facteurs ESG ne sont pas auditées et peuvent donc ne pas fournir une vue d’ensemble du rendement ESG d’une société. Ces lacunes rendent la tâche plus difficile aux professionnels de l’investissement qui s’appuient sur des données de qualité relativement aux facteurs ESG. Toutefois, nous croyons que la mobilisation offre une occasion d’obtenir des renseignements supplémentaires qui pourraient ne pas être divulgués volontairement. Cela est important dans les marchés émergents, où les déclarations sont généralement plus faibles en raison de l’absence de réglementation, de différences culturelles ou de contraintes liées aux ressources de la société – c.-à-d. le personnel et le temps requis pour produire et publier la quantité importante de données exigées par ses parties prenantes.

L’intérêt croissant pour les facteurs ESG a donné lieu à de nombreuses données et agences de notation indépendantes en matière de facteurs ESG, auxquelles les investisseurs se fient de plus en plus pour obtenir de l’information, malgré leurs nombreuses lacunes.

Les agences de notation ESG indépendantes : un bon point de départ

L’attention accrue accordée aux facteurs et au rendement ESG ainsi que les importantes ressources internes requises pour recueillir, analyser, évaluer et surveiller chaque société ont inévitablement donné naissance à plusieurs données et agences de notation indépendantes en matière de facteurs ESG, auxquelles les investisseurs se fient de plus en plus pour obtenir de l’information. Les données recueillies par les agences de notation utilisent un amalgame de questionnaires et d’information publique. Les agences recueillent et évaluent de nombreux renseignements sur les politiques et pratiques ESG d’une société, puis elles analysent et notent la société.

Même si l’analyse et les notes établies par les agences de notation ESG peuvent être utiles aux premières étapes de l’analyse des sociétés, les investisseurs devraient être prudents et ne pas fonder leurs décisions de placement uniquement sur les notes de tierces parties. Dans la section suivante, nous présentons certaines de nos préoccupations et rappelons pourquoi la mobilisation active est si importante :

Les données sont rétrospectives – Les données relatives aux facteurs ESG constituent un bon point de départ, mais elles sont en grande partie rétrospectives. Bien qu’il soit utile d’analyser les progrès d’une société à l’aide de nombreuses données relatives aux facteurs ESG, les gestionnaires actifs ont besoin d’analyses prospectives et d’une mobilisation continue, surtout pour comprendre et analyser les décisions en matière de répartition du capital. De plus, la mobilisation permet de tisser des liens entre les actionnaires et la direction de la société grâce aux conversations continues sur les progrès de la société et aux commentaires et préoccupations des investisseurs.

Difficulté à comparer les agences de notation et les biais inhérents – Les agences de notation ESG ont leurs propres méthodes d’approvisionnement, de recherche et de notation et interprétations subjectives. Cette situation entraîne souvent une grande disparité dans les notes d’une même société. CSRHub a constaté qu’en comparant les notes ESG de MSCI et de Sustainalytics pour les sociétés de l’indice S&P Global 1200, il y avait une faible corrélation de 0,32 entre les notes des deux agences (figure 3).

Figure 3 : Forte dispersion des notes ESG des agences de notation
$altTag
Source : CSRHub. Actions de l’indice S&P 1200, janvier 2015.

Comparativement aux notes de crédit, Moody’s et S&P affichaient une forte corrélation positive (0,90). La différence est attribuable à l’uniformité de l’information. Les notes de crédit sont fondées sur des états financiers audités qui comportent des exigences obligatoires en matière de production de rapports, qui contiennent des renseignements financiers importants et qui sont comparables, tandis que les notes ESG sont fondées sur des déclarations non auditées et volontaires (dans de nombreux territoires), et leur comparabilité et leur importance relative sont souvent insuffisantes.

Compte tenu de l’évolution des enjeux de développement durable, des réformes réglementaires et législatives actuelles dans différents territoires et des nombreuses parties prenantes impliquées, la variabilité entre les notes ESG devrait persister dans un avenir prévisible. Par exemple, la pandémie de COVID-19 a fait passer l’attention des parties intéressées des questions environnementales aux questions sociales, l’accent étant mis sur les mesures prises par les sociétés pour gérer leurs employés, leurs chaînes d’approvisionnement et les collectivités locales. Il reste à voir si les agences de notation adapteront leurs méthodes à la pandémie, en se concentrant éventuellement sur de nouveaux facteurs ou en réorganisant les pondérations attribuées aux facteurs ESG existants. Ces événements sociétaux, difficiles à prévoir, accentueront probablement l’incohérence des notes, selon la façon dont chaque fournisseur aborde ces questions.

Biais inhérents – Une grande préoccupation à l’égard des notes ESG réside dans les biais inhérents, y compris les préjugés institutionnels fondés sur la taille, la région et le secteur de la société. En examinant des milliers de notes ESG de grandes agences, des études ont révélé les éléments suivants :

  • Biais en matière de taille – Les grandes sociétés obtiennent généralement de meilleures notes ESG. Il s’agit souvent d’un facteur lié aux ressources plus importantes dont disposent les grandes sociétés, c’est-à-dire qu’elles peuvent mobiliser plus de capitaux et de personnel, ce qui se traduit souvent par des notes ESG plus élevées.

  • Préférences géographiques – Les sociétés situées dans des régions où les exigences en matière de déclaration sont meilleures ont généralement des notes plus élevées, ce qui peut ne pas refléter la véritable qualité des pratiques ESG.

  • Préférences sectorielles – Les agences de notation attribuent une pondération aux facteurs E, S et G en fonction de leur secteur d’activité, sans tenir compte des risques propres à chaque société, ce qui peut donner lieu à des notes biaisées sur le plan sectoriel.

Ces biais peuvent nuire à la capacité d’un investisseur à comprendre le rendement ESG réel d’une société. Cela ne veut pas dire que les notes et les rapports publiés par les agences de notation ne devraient pas être utilisés comme outils supplémentaires pour faciliter l’intégration des facteurs ESG. Cela veut simplement dire que les méthodes utilisées par les agences de notation sont truffées d’évaluations subjectives et de biais potentiels, ce qui contribue à la variabilité des notes entre les fournisseurs. Les investisseurs doivent donc être conscients de leurs différentes méthodes et de leurs biais.

Importance financière – Les renseignements fournis par les sociétés ne sont généralement pas suffisamment importants sur le plan financier pour plusieurs raisons. Il peut s’agir de la multitude de demandes qu’une société peut recevoir d’un large éventail de parties prenantes ou de l’absence de cadres réglementaires en matière de facteurs ESG dans de nombreux territoires. Bien que des organisations comme le SASB aident les sociétés, les propriétaires d’actifs et les gestionnaires d’actifs à se concentrer sur les enjeux ESG qui sont importants sur le plan financier, ces questions peuvent ne pas toujours être intégrées par les analystes des agences de notation ESG ou, si elles le sont, leur pondération peut varier. Cette situation peut, à son tour, avoir une incidence sur la note ESG d’une société et potentiellement modifier l’évaluation qu’un investisseur fait d’une société et sa décision de placement globale.

Par conséquent, les investisseurs doivent faire preuve de prudence lorsqu’ils fondent leurs décisions sur les notes ESG globales. Les investisseurs devraient examiner attentivement l’analyse et les données utilisées dans les rapports de tiers et déterminer si les facteurs ESG sont importants sur le plan financier. La mobilisation active continue est fortement encouragée afin d’obtenir des renseignements supplémentaires et de vérifier les incohérences, les erreurs et les omissions dans l’analyse des notes.

Catégorie/Fonds des marchés émergents AGF – notre approche : intégration des facteurs ESG et mobilisation active

Nous croyons que la prise en compte des facteurs ESG dans le processus d’investissement améliore le rendement corrigé du risque à long terme, atténue les risques liés aux facteurs ESG (réduisant ainsi le risque du portefeuille) et permet de découvrir des occasions de placement. De plus, nous estimons que l’analyse des facteurs ESG est plus efficace lorsqu’elle est entièrement intégrée au processus de placement fondé sur la recherche fondamentale.

Par conséquent, l’intégration des facteurs ESG et la mobilisation active sont des composantes essentielles du processus d’investissement de la stratégie d’actions des marchés émergents AGF, ce qui peut ajouter de la valeur, surtout dans les marchés émergents où l’information est généralement insuffisante. Des recherches ont montré que, même si l’adoption des facteurs ESG dans les marchés développés a une incidence positive sur le rendement financier des entreprises dans 38 % des cas, l’incidence sur les marchés émergents est nettement plus élevée, à 65 % des cas (figure 4), ce qui constitue un argument convaincant en faveur de l’intégration des facteurs ESG et de la mobilisation active au sein des marchés émergents6.

Figure 4 : Relation entre les facteurs ESG et le rendement financier des entreprises (% des études ayant des impacts positifs)
$altTag
Source : Gunnar Friede, Timo Busch et Alexander Bassen, « ESG and financial performance : aggregate evidence from more than 2000 empirical studies », Journal of Sustainable Finance and Investment, novembre 2015.

Notre équipe de placement s’engage à collaborer avec la direction sur les enjeux ESG afin de soutenir et d’encourager l’amélioration et de favoriser des changements positifs au fil du temps. Parmi les connaissances que nous acquérons de nos échanges continus avec la direction de la société, mentionnons une meilleure compréhension de l’exposition aux risques importants, de la qualité de la direction et du positionnement stratégique de la société. Nous voulons avoir l’assurance que les sociétés sont en mesure de gérer les enjeux ESG importants au sein de leurs activités et qu’elles disposent d’un modèle d’affaires durable.

Nous combinons nos efforts de mobilisation individuels et collectifs pour obtenir le meilleur résultat possible. Même si la plupart des réunions de la direction de la société se déroulent individuellement, nous reconnaissons que les occasions de collaboration peuvent ajouter de la valeur à des questions précises lorsque nous estimons que la mobilisation collective sera plus fructueuse que la mobilisation individuelle. Nous croyons également que les occasions de collaboration peuvent améliorer efficacement les normes et les pratiques exemplaires du secteur. AGF est signataire et membre de plusieurs organisations, dont les Principes pour l’investissement responsable des Nations Unies (PIR ONU) et le Sustainability Accounting Standards Board (SASB).

Nous mettons l’accent sur les enjeux ESG qui sont financièrement importants pour la viabilité à long terme de la société. Pour déterminer l’importance financière, nous croyons que la meilleure approche consiste à tirer parti d’une combinaison de normes propres au secteur du SASB, des connaissances et de l’expérience de nos analystes et d’une mobilisation active. Cette approche constitue un excellent point de départ pour comprendre l’importance financière des enjeux ESG propres à une société et les intégrer à nos prévisions financières.

D’après notre expérience, nos analystes ont une connaissance plus approfondie des sociétés et des secteurs qu’ils surveillent que les analystes des agences de notation indépendantes, soit parce qu’ils ont moins d’expérience, soit parce qu’ils sont trop dispersés. Par conséquent, nous croyons que nos analystes sont mieux en mesure d’évaluer l’importance des risques et des occasions liés aux facteurs ESG et leur incidence sur l’évaluation et la viabilité à long terme de la société. Pour cette raison, nous ne prenons pas les notes au pied de la lettre. Nous utilisons plutôt les données concernant les facteurs ESG provenant de plusieurs sources, y compris des agences de notation, pour créer une mosaïque de données financières importantes sur les questions de durabilité qui sont intégrées à notre processus de recherche fondamentale. En outre, en couvrant à la fois les marchés développés et émergents, nos analystes peuvent fournir des renseignements supplémentaires lorsqu’ils effectuent des recherches fondamentales et interprètent et comparent les enjeux ESG importants pour l’ensemble des sociétés à l’échelle mondiale. Par exemple, les enjeux ESG au sein des marchés émergents peuvent différer de ceux des marchés développés. Les sociétés d’État et les entreprises familiales sont très répandues dans les marchés émergents. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une structure de propriété idéale du point de vue d’un actionnaire minoritaire, il peut être avantageux pour les actionnaires que ces employés de longue date ayant un intérêt direct dans la société créent de la valeur pour les actionnaires au fil du temps.

En intégrant les enjeux ESG importants à notre cadre d’évaluation et à nos prévisions financières, nous comprenons mieux le profil risque-rendement d’une société, compte tenu de ses avantages particuliers. De plus, en comprenant les décisions d’affectation du capital d’une société à l’égard d’enjeux ESG précis (p. ex., gestion de la chaîne d’approvisionnement, dépenses en immobilisations, etc.), nous avons une meilleure compréhension de la capacité d’une société à accroître ses bénéfices, ce qui peut avoir une incidence sur la valeur future du titre.

Nous préférons une approche combinée de mobilisation active et d’intégration des facteurs ESG plutôt que des exclusions ou des filtres négatifs. Par exemple, les investisseurs des marchés émergents doivent tenir compte des conditions et des défis propres aux placements ESG qui peuvent se distinguer des marchés développés. L’une des difficultés pouvant être liées à l’utilisation de stratégies de placement durables plus simples, comme les filtres négatifs, est le risque de marchés peu profonds, qui peuvent empêcher l’exclusion d’industries ou de secteurs sans éliminer une partie importante de l’univers de placements. Les exclusions peuvent également avoir des conséquences imprévues, comme des biais liés au style, au secteur, à la répartition géographique ou à la capitalisation boursière au sein du portefeuille. L’utilisation de filtres négatifs pour les critères ESG ou de filtres d’exclusion fondés sur les notes est également plus compliquée en raison du manque de données fiables, surtout si les données contiennent des erreurs ou des omissions.

À plusieurs reprises lors de nos échanges avec des sociétés, les équipes de direction nous ont fait part de leur frustration à l’égard de données inexactes ou omises dans les rapports sur les facteurs ESG, ou les analystes des agences de notation ESG ont mal compris leur modèle d’affaires. Ces problèmes peuvent être attribuables à diverses raisons. Par exemple, les agences de notation n’interagissent généralement pas avec les sociétés comme le feraient les investisseurs. Si une agence de notation ne parvient pas à trouver une politique particulière liée aux facteurs ESG, elle ne communiquera généralement pas avec la société pour obtenir la documentation et, par conséquent, elle ne l’utilisera pas dans son analyse, que la politique existe ou non. Cela peut avoir une incidence négative sur la note de la société. Ces incohérences peuvent fausser la pondération des enjeux ESG importants, ainsi que les notes ESG et les notes. Nous croyons que ces incohérences soulignent l’importance de la mobilisation, car elle permet d’obtenir un avantage sur le plan de l’information et d’améliorer la visibilité des risques et des occasions auxquels une société peut être confrontée.

Par exemple, notre démarche auprès de Ping An Insurance (Group) Co. of China, Ltd., un conglomérat financier et l’assureur vie de grande qualité en Chine, nous a permis d’acquérir des connaissances supplémentaires. La direction a exprimé son désaccord avec le cadre utilisé par une agence de notation pour évaluer la note de la société et sa cote globale. Étant donné que la société est un conglomérat financier dont les activités sont diversifiées dans les secteurs de l’assurance vie et d’autres produits d’assurance, et qu’elle possède une division des valeurs mobilières, une société de fiducie et des filiales bancaires, le cadre unique utilisé par l’agence de notation était inexact. Nous avons encouragé la direction à communiquer avec l’agence de notation pour lui faire part de ses opinions et clarifier toute incohérence. Alors que nous continuons d’échanger avec Ping An sur diverses questions ESG, notamment en favorisant une meilleure présentation des informations, nous sommes encouragés par l’amélioration de la note ESG de la société.

Un autre exemple est Haier Electronics Group Co. Ltd. (Haier), un important fabricant de machines à laver et de chauffe-eau, et un important fournisseur intégré d’appareils électroménagers dans les régions rurales de Chine. Dans le cadre de l’un de nos échanges avec la direction, nous avons discuté de la faible note ESG de la société, selon l’une des agences de notation. La direction nous a informés que le rapport contenait des erreurs, précisant que l’agence de notation avait soulevé des problèmes liés aux mauvaises pratiques de travail et à l’approvisionnement de la société en matières premières. Nous avons conseillé à la société de communiquer avec l’agence de notation. La direction a indiqué qu’elle avait partagé son système strict d’évaluation du travail avec l’agence de notation et qu’elle avait fourni son processus d’approvisionnement en matières premières. La note ESG de Haier s’est par la suite améliorée, ce qui est positif. Fait encourageant, en prévision du resserrement des règles relatives aux facteurs ESG par le gouvernement en 2021, la société a formé un comité ESG spécial au niveau du conseil d’administration afin de superviser les initiatives relatives aux facteurs ESG.

Conclusion

Le potentiel de croissance économique au sein des marchés émergents devrait attirer de nouveaux investissements au cours des prochaines années. L’importance croissante de l’investissement durable et la participation accrue des investisseurs institutionnels aux marchés financiers émergents devraient inciter les décideurs et les sociétés à améliorer la réglementation et les politiques en matière de communication d’information relative aux facteurs ESG.

Étant donné que les marchés émergents représentent un ensemble hétérogène de marchés, ce qui entraîne d’importantes différences entre les pays, la mobilisation active des actionnaires devient encore plus importante lorsque les données de qualité sont plus rares. Nous croyons que les investisseurs peuvent se servir des facteurs ESG pour différencier les sociétés, ce qui offre des occasions de placement et la capacité de réduire le risque du portefeuille. Les rencontres avec la direction peuvent aider à obtenir des renseignements supplémentaires sur des sujets importants, comme la stratégie de la société, les décisions en matière de répartition du capital et la façon dont les risques et les occasions liés aux facteurs ESG sont gérés. Elles peuvent également offrir l’occasion d’aider les sociétés à devenir de meilleures entreprises citoyennes et à améliorer leur profil ESG, ce qui pourrait se traduire par des rendements corrigés du risque plus élevés à long terme.

Même si les agences de notation ESG peuvent offrir de la valeur à partir des données qu’elles fournissent concernant les facteurs ESG, nous mettons en garde les investisseurs qui utilisent les notes sans effectuer leur propre analyse. Nous recommandons d’utiliser plusieurs sources de données en raison du manque de données de qualité et d’autres agences de notation, afin de mieux comprendre et d’éventuellement atténuer les biais potentiels. Enfin, la mobilisation active au sein des marchés émergents peut offrir des renseignements supplémentaires sur les tendances prospectives pouvant être financièrement importantes pour la stratégie d’affaires à long terme et le profil de risque d’une société, lesquels ne sont peut-être pas pris en compte par les analystes des agences de notation ESG.

1 IMF, October 2020. Share of global total GDP for emerging market and developing economies estimated at 57.5% for 2020 based on purchasing power-parity (PPP).
2 pwc, The World in 2050, February 2017.
3 Global Sustainable Investment Alliance, 2018 Annual Report.
4 International Platform on Sustainable Finance, Annual Report, October 2020.
5 Source: Sustainable Stock Exchanges Initiative.
6 Gunnar Friede, Timo Busch & Alexander Bassen, ‘ESG and financial performance: aggregated evidence from more than 2000 empirical studies’, Journal of Sustainable Finance and Investment, November 2015.

 

Les commentaires contenus dans le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 30 octobre 2020. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions d’investissement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document.

Les renseignements que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils exhaustifs en matière de placement applicables à la situation d’une personne en particulier. Nous vous recommandons fortement de consulter un conseiller financier avant de prendre toute décision de placement. Des références concernant des titres spécifiques sont présentées uniquement pour illustrer l’application de notre philosophie de placement. Ces titres ne représentent pas tous les titres achetés, vendus ou recommandés pour le portefeuille et il ne faut pas supposer que les investissements dans les titres identifiés étaient ou seraient rentables. Ces investissements ne doivent pas être considérés comme des recommandations de Placements AGF.
Le présent document est destiné aux conseillers et vise à les aider à déterminer quels investissements conviennent le mieux aux investisseurs. Tout investisseur devrait consulter son conseiller financier pour déterminer quels investissements conviennent le mieux à son portefeuille de placements et à ses objectifs personnels à cet égard.

Des commissions de vente, des commissions de suivi, des frais de gestion et d’autres frais peuvent être reliés aux fonds communs de placement. Veuillez lire le prospectus avant d’investir. Les fonds communs de placement ne sont pas garantis, leur valeur change fréquemment et le rendement antérieur ne se reproduira pas nécessairement.

MSCI Disclaimer

Les renseignements fournis par MSCI sont réservés à un usage interne et ils ne peuvent être reproduits ou redistribués sous quelque forme que ce soit, ne peuvent être utilisés pour créer des instruments financiers, des produits ou des indices. Aucun des renseignements fournis par MSCI n’est destiné à constituer un conseil d’investissement ni une recommandation en faveur (ou en défaveur) d’un type de décision d’investissement et ils ne peuvent être utilisés comme tels. Les données et les analyses antérieures ne doivent pas être considérées comme l’indication ou la garantie d’une analyse, d’une prévision ou d’une prédiction du rendement futur. Les renseignements sont fournis par MSCI « en l’état » et leur utilisateur assume l’entière responsabilité de l’usage qu’il en fait. MSCI, chacune de ses filiales ainsi que chaque personne participante ou liée à la collecte, à la saisie ou à l’élaboration de renseignements de MSCI (collectivement, les « Parties MSCI ») se dégagent expressément de toute responsabilité (notamment en matière d’originalité, d’exactitude, d’exhaustivité, de pertinence, de non-violation, de qualité marchande et d’adéquation à un usage particulier) en ce qui concerne ces renseignements. Sans préjudice de ce qui précède, une Partie MSCI ne peut en aucun cas être tenue responsable des dommages directs, indirects, particuliers, collatéraux, punitifs, consécutifs (y compris la perte de bénéfices) ou de toute autre nature.
Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Investments, LLC (« AGFUS ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA et AGFUS sont inscrites aux États-Unis à titre de conseillers. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières à travers le Canada. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

MC Le logo AGF est une marque de commerce de La Société de Gestion AGF Limitée utilisée aux termes de licences.

Le présent document ne peut être ni reproduit (en entier ou en partie), ni transmis, ni rendu accessible à toute autre partie, quelle qu’elle soit, sans l’autorisation écrite préalable de Placements AGF Inc.
Publication : 18 novembre 2020

Notre site Web utilise des témoins (cookies) afin de pouvoir vous procurer la meilleure expérience qui soit. Veuillez accepter les témoins ou modifier vos paramètres.