Gare à la turbulence : le marché pétrolier est en mouvement

Par: Steve Bonnyman • le 12 décembre 2018
bio-template-steve-bonnyman_F1_1120x230.jpg

Le marché du pétrole nous en fait voir de toutes les couleurs depuis une douzaine d’années, puisque les facteurs traditionnels comme l’offre et la demande, les taux de change et les risques géopolitiques ont accentué la volatilité des prix de l’or noir.

Toutefois, à mesure que la croissance de la production se déplace vers de nouvelles régions, ces facteurs – conjugués au défi logistique d’acheminer le pétrole brut sur le marché – accroissent l’incertitude dans le secteur.

L’Amérique du Nord est au coeur du problème de logistique, comme en témoigne la volatilité des écarts de prix interrégionaux et infrarégionaux. Le vif accroissement de la production de pétrole brut West Texas Intermediate (WTI) a surpassé les capacités de transport par oléoduc dans la région, entraînant des écarts de prix de 10 $US le baril même dans un rayon de quelques centaines de milles. Nous croyons que ces écarts se resserreront au cours de la prochaine année, avec l’entrée en service de nouveaux oléoducs. Actuellement, la capacité de transport vers le centre de demande et d’exportation clé sur la côte du golfe du Mexique est mise à mal par l’offre, ce qui entraîne des écarts de prix partout en Amérique du Nord et des réductions de prix record pour le pétrole canadien ces derniers mois.

Quelle est la différence?

oildifference-1120-fr.png

Source : Bloomberg LP, au 11 décembre 2018. Le pétrole américain est représenté par le WTI et le pétrole canadien est représenté par le WCS, en dollars américains.

 

Au-delà de ces obstacles persistants, la récente baisse des prix illustre bien les effets de l’équilibre délicat entre les marchés, combinés à ceux de risques géopolitiques, créant une situation qui devrait continuer à alimenter la variabilité des prix du pétrole. Le faible prix du Brent (60 $US) ne permet pas à l’Arabie saoudite d’équilibrer son budget, ce qui laisse supposer que l’OPEP a tout intérêt à gérer la production dans le but de faire grimper les prix. De plus, si l’administration Trump maintient sa position à l’égard du Moyen-Orient, les sanctions contre l’Iran seront appliquées et plus de 800 000 barils par jour seront retirés du marché. L’un ou l’autre de ces facteurs pourrait resserrer considérablement le marché et contribuer à une hausse des prix. En raison des risques soutenus liés à la production dans des pays à l’économie fragile, comme le Venezuela, la Libye ou le Nigéria, le marché dispose d’une marge de manoeuvre restreinte pour éviter le déficit.

À moins d’une importante baisse de la demande, les prix du pétrole ne chuteront pas en deçà du seuil de rentabilité des producteurs d’appoint dans la zone continentale des États-Unis, notamment dans l’ouest du Texas. Le marché ne pourra plus compter sur la capacité inutilisée et facilement accessible dont disposaient auparavant les pays membres de l’OPEP, laquelle a été remplacée par la production à cycle court de pétrole non classique des États-Unis, ce qui devrait entraîner une volatilité des prix élevée et soutenue.

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général basés sur des informations disponibles au 7 décembre 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document. Nous invitons les investisseurs à obtenir les conseils d’un conseiller financier.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), Gestion de placements Highstreet (« Highstreet »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Asset Management (Asia) Limited (« AGF AM Asia ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA est inscrite aux États-Unis à titre de conseiller. PAGFI et Highstreet sont inscrites à titre de gestionnaires de portefeuille auprès des commissions des valeurs mobilières canadiennes. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. AGF AM Asia est inscrite à Singapour à titre de gestionnaire de portefeuille. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

Date de publication : le 12 décembre 2018