La foire aux prévisions

Par: David Stonehouse • le 12 décembre 2018
bio-template-david-stonehouse_F-1120x230.jpg

Il peut être futile de prédire le rendement des placements. Voici ce que doivent savoir les investisseurs.

À cette période de l’année, il n’est pas inhabituel de trouver dans des perspectives d’investissement des prédictions quant au pourcentage de rendement des actions et d’autres catégories d’actif. Toutefois, l’histoire nous enseigne que ces chiffres sont rarement un gage de fiabilité.

En effet, comme l’a si bien dit Yogi Berra, « il est difficile de faire des prévisions, surtout concernant l’avenir ». Après avoir étudié divers rapports de maisons de courtage au cours des vingt dernières années, nous avons constaté qu’une grande partie des prévisions misent sur la prudence et font état d’une hausse de 4 % à 10 % presque tous les ans. Étant donné que les rendements annualisés à long terme s’établissent à environ 7,5 %, cette approche semble raisonnable. Cela dit, les rendements annuels réels varient sensiblement. Par exemple, selon les données de Bloomberg, l’indice S&P 500 a inscrit des rendements de 4 % à 10 % seulement 8 % du temps depuis 1927.

Depuis le début du siècle, l’écart entre les prévisions des stratégistes et les résultats réels était de 13,1 % en moyenne, ce qui eprésente une marge considérable (voir le graphique). À vrai dire, le rendement réalisé par l’indice S&P 500 s’est situé en dehors de toutes les fourchettes prévisionnelles un tiers du temps au cours des 18 dernières années, s’établissant soit au-delà, soit en dessous des estimations. En outre, les estimations ont fait état de résultats correspondant au rendement réel, à 5 % près, dans seulement cinq des 18 cas analysés.

forecast facts

Source : Bank of America Merrill Lynch, Bloomberg LP. Les données concernant les prévisions de l’indice S&P 500 ont été collectées du 31 décembre 1999 au 31 décembre 2016. Le nombre de prévisions a varié chaque année, oscillant entre 8 au minimum (2008) et 21 au maximum (2013 et 2015). Tous les chiffres sont calculés en dollars américains.

 

Ces inexactitudes ne s’appliquent pas seulement aux prévisions boursières. Il a été démontré que les prédictions de rendement des autres catégories d’actif ne se font pas non plus sans difficulté. Cela ne signifie pas pour autant que les analyses qui sous-tendent ces prévisions manquent de fiabilité. Elles peuvent d’ailleurs fournir de précieux renseignements aux investisseurs.

Mais ce manque de précision reflète la dynamique des marchés et nous rappelle l’importance d’être préparés à toute éventualité. Par conséquent, au lieu de tenter de formuler des prévisions précises au sujet des rendements pour l’année à venir, les investisseurs pourraient se concentrer sur les risques de hausse et de baisse par rapport au consensus. Après tout, si les rendements se situent rarement entre 4 % et 10%, cela signifie qu’ils dépassent la barre des 10 % ou qu’ils sont nuls, voire négatifs, la plupart des années.

Par conséquent, les investisseurs pourraient tenter de déterminer l’issue la plus probable : les résultats devraient-ils être excellents ou les risques prévaudrontils sur le reste? Autrement dit, si l’on suppose que le consensus fait fausse route tous les ans, il convient de se demander si la réalité sera plus favorable (année faste pour les actions) ou moins reluisante (année néfaste).

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général basés sur des informations disponibles au 7 décembre 2018 et ne devraient pas être considérés comme des conseils personnels en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Les conditions du marché peuvent changer et le gestionnaire de portefeuille n’accepte aucune responsabilité pour des décisions de placement prises par des individus et découlant de l’utilisation ou sur la foi des renseignements contenus dans ce document. Nous invitons les investisseurs à obtenir les conseils d’un conseiller financier.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales faisant partie de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), Gestion de placements Highstreet (« Highstreet »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Asset Management (Asia) Limited (« AGF AM Asia ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA est inscrite aux États-Unis à titre de conseiller. PAGFI et Highstreet sont inscrites à titre de gestionnaires de portefeuille auprès des commissions des valeurs mobilières canadiennes. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. AGF AM Asia est inscrite à Singapour à titre de gestionnaire de portefeuille. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

Date de publication : le 12 décembre 2018