Catégories d’actifs | Devises

Le déclin du dollar américain

le 8 décembre 2020 | Par: Tom Nakamura

Le déclin du dollar américain

Les monnaies des marchés émergents devraient regagner de la vigueur en 2021, mais les devises traditionnellement utilisées comme valeurs refuges pourraient en souffrir.

La transformation de la scène politique aux États-Unis aura une influence considérable quant à la direction que prendront les marchés de change étrangers en 2021. Les mesures budgétaires et monétaires actuelles, de même que l'optimisme croissant à l'idée que la pandémie prendra fin un jour, pourraient aussi contribuer à donner le ton et à hisser les monnaies des marchés émergents (ME) au-dessus des autres.

On s'attend surtout à ce que les monnaies des pays en développement, qui étaient à la traîne l'année dernière, prennent la tête cette année, plus particulièrement celles des pays d'Amérique latine, de l'Europe centrale et orientale, de même que celles du Moyen-Orient et de l'Afrique. Parallèlement, au sein des marchés développés, la couronne norvégienne, le dollar australien et le dollar canadien semblent sur le point de dépasser les devises refuges traditionnelles telles que l'euro, le yen et le dollar américain, que la vigueur accrue a rendues vulnérables ces dernières années, alors que les taux d'intérêt se sont aplanis un peu partout dans le monde.

Les monnaies de l'Amérique latine contre celles des autres marchés émergents $altTag

Source : Bloomberg LP. Au 26 novembre 2020. Sur la base d'indice équipondérés. Vous ne pouvez pas investir directement dans un indice.

Bien entendu, une partie des répercussions dépendront du dénouement à Washington, D.C., au cours des prochains mois. Pour l'instant, on espère vivement qu'une nouvelle administration à la Maison-Blanche apaisera une bonne partie de la volatilité issue du désordre caractérisant le mandat du président Trump. Cette réalité est particulièrement vérifiable en ce qui concerne la politique et le commerce extérieurs des États-Unis. Il est peu probable que le pays assouplisse sa position au chapitre du commerce, mais l'approche de l'administration Biden devrait inciter davantage à investir à long terme et l'on s'attend à un retour au multilatéralisme diplomatique plus traditionnel. L'accent sera mis sur les objectifs communs qui favorisent de nombreux pays et, par conséquent, de nombreuses monnaies (et non pas un seul pays et au profit d’une seule monnaie), une démarche qui se distingue de celle observée sous le régime précédent.

Parallèlement, la politique exercée sur les plans monétaire et budgétaire en réponse à la pandémie a été d’une ampleur surprenante, mais il sera difficile de la renverser. Une politique monétaire largement favorable s'inscrira probablement dans les habitudes et l'on prévoit que la Réserve fédérale des États-Unis, la Banque centrale européenne et la Banque du Japon (les trois grandes banques centrales) maintiendront une approche très accommodante et qu'elles seraient même disposées à prendre des mesures d'assouplissement supplémentaires si l'économie venait à fléchir. De plus, la politique budgétaire devrait également rester flexible. Aussi, compte tenu du fait que les taux d'intérêt à court terme des trois grandes banques sont restreints à des niveaux très bas, les marchés de change étrangers seront de plus en plus portés par les promesses de croissance.

Cela dit, l’ajout ou la suppression de mesures de relance dépendra de l'évolution de la pandémie. Les progrès en ce qui concerne l'élaboration d'un ou de plusieurs vaccins contre la COVID-19, de même que le processus d'approbation et la distribution joueront un rôle déterminant. L'aboutissement aura sans doute un effet positif sur tous les marchés, mais certains pourraient en bénéficier plus que d'autres. Par exemple, les marchés émergents ont dû protéger leurs populations et leurs économies en versant des fonds afin de soutenir des systèmes sanitaires vulnérables, étant donné qu'une grande partie de leurs habitants vivent dans la pauvreté, et que moins de possibilités de travail à distance s'offrent à la main-d'œuvre. En général, les investisseurs acceptent jusqu'à maintenant cette réalité, mais ces économies devront rapidement retourner à la normale, pour que les actifs des ME, y compris les monnaies, puissent être réévalués le plus tôt possible et que le risque de crédit défavorable soit ainsi atténué.

Tom Nakamura

Tom Nakamura

CFA®
Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Stratégie des devises, cochef de l’équipe des titres à revenu fixe, Placements AGF Inc.

Vice-président et gestionnaire de portefeuille, Stratégie des devises, cochef de l’équipe des titres à revenu fixe

M. Nakamura possède plus de 15 ans d’expérience en matière de gestion de nombreux portefeuilles de titres à revenu fixe. Son apport est essentiel au sein de l’équipe pour ce qui est de l’analyse des conditions macroéconomiques mondiales, et plus particulièrement des marchés de change. Il est chargé d’élaborer la stratégie axée sur les devises et de procurer des conseils quant aux effets des mouvements de change sur les titres à revenu fixe. Il est également cogestionnaire de portefeuille pour le Fonds d'obligations à rendement global AGF.

Il occupait auparavant le poste de vice-président et de gestionnaire de portefeuille au sein de l’équipe des titres à revenu fixe AGF et gérait principalement le Fonds d’obligations des marchés émergents AGF.

Il est titulaire d’un B.Comm. de l’Université de Toronto, en plus d’être analyste financier agréé (CFA®) et membre de la Toronto CFA® Society.

Les points de vue exprimés dans cet article sont ceux des auteurs et ne représentent pas nécessairement les opinions d’AGF, de ses filiales et de toutes ses sociétés affiliées, et ne peuvent être associés à aucun fonds ni à aucune stratégie d’investissement.

Les commentaires que renferme le présent document sont fournis à titre de renseignements d’ordre général et sont fondés sur de l’information disponible au 8 décembre 2020. Ils ne devraient pas être considérés comme des conseils en matière de placement, une offre ou une sollicitation d’achat ou de vente de valeurs mobilières. Nous avons pris les mesures nécessaires pour nous assurer de l’exactitude de ces commentaires au moment de leur publication, mais cette exactitude n’est pas garantie. Nous invitons les investisseurs à consulter un professionnel des placements.

Placements AGF est un groupe de filiales en propriété exclusive de La Société de Gestion AGF Limitée, un émetteur assujetti au Canada. Les filiales de Placements AGF sont Placements AGF Inc. (« PAGFI »), AGF Investments America Inc. (« AGFA »), AGF Investments LLC (« AGFUS ») et AGF International Advisors Company Limited (« AGFIA »). AGFA et AGFUS sont inscrites aux États-Unis à titre de conseillers. PAGFI est inscrite à titre de gestionnaire de portefeuille auprès des commissions de valeurs mobilières à travers le Canada. AGFIA est réglementée par la Central Bank of Ireland et est inscrite auprès de l’Australian Securities & Investments Commission. Les filiales faisant partie de Placements AGF gèrent plusieurs mandats comprenant des actions, des titres à revenu fixe et des éléments d’actif équilibrés.

MC Le logo AGF est une marque de commerce de La Société de Gestion AGF Limitée et est utilisé aux termes de licences.

Notre site Web utilise des témoins (cookies) afin de pouvoir vous procurer la meilleure expérience qui soit. Veuillez accepter les témoins ou modifier vos paramètres.